Jouer en cash game et en tournoi dans les salles de poker

Au poker Texas Hold’em, il existe deux catégories de joueurs, ceux qui jouent en cash game et ceux qui jouent en tournois mais même s’il est assez rare que les joueurs jouent dans les deux catégories, certains le font très bien et sont capables d’alterner tournois et cash game.

Les tables de cash-games ont pour particularité que les joueurs jouent de l’argent et non pas des jetons comme dans les tournois. De plus, en cash game, les blindes n’augmentent pas et il est possible de s’attabler et de se lever quand bon vous semble.

Les joueurs peuvent aussi avoir des jetons qui représentent de l’argent On peut également y jouer directement avec des billets à la place des jetons, mais ce type de jeu se pratique de moins en moins, surtout en Europe. Les tables de cash-games sont disponibles dans toutes les salles de poker en ligne mais aussi dans les casinos terrestres et les cercles de jeux autorisés.

A contrario, en tournoi, on paye un droit d’entrée appelé cave ou ticket d’entrée, qui autorise à participer au tournoi et vous donne un nombre de jetons fixes pour tous les joueurs. Chaque joueur paye la même somme qui, additionnée, forme une cagnotte, le prizepool, qui sera par la suite redistribuée de façon pyramidale parmi les dix premiers pour cent des joueurs.

Le but est de gagner le maximum de jetons mais si vous perdez tous les votre, vous êtes éliminés. Le gagnant est celui qui aura pu prendre dans son tapis l’intégralité des jetons de tous les autres joueurs et il gagnera bien entendu la plus grosse partie des gains mis en jeu.

Poker : Un risque de dépendance mais qui peut être maîtrisé

Plus le poker est accessible, plus le nombre des dépendants de ce jeu augmente. La majorité des sites de jeu en ligne et les casinos dans le monde ignorent ou font mine de ne pas savoir le risque de problème de dépendance de leurs clients, ils se contentent d’amplifier leurs produits et de ramasser une bonne recette. De leurs côtés ces passionnés de poker commencent à louper les heures de travail pour jouer au poker, d’autres piquent l’économie de sa famille, il y en a ceux qui arrivent à emprunter une grosse somme d’argent pour pouvoir continuer à jouer, le pire il y en a qui arrive à parier sur sa femme après avoir perdu tout ce qu’il a misé. D’ailleurs, le poker devient de plus en plus à la mode, les jeunes s’y intéressent particulièrement au jeu, ce qui laisse entendre que les principales victimes de la dépendance sont d’abord eux dont l’avenir sera en jeu.

En effet, toute dépendance nécessite une guérison à l’instar de la toxicomanie. Il devrait y avoir des centres de réhabilitation pour ces malheureux qui ont été facilement emportés par leur passion  et ne savent plus quand s’arrêter. Car il est à signaler que cette soi-disant maladie de certains joueurs a aussi ses symptômes. Quand on gagne, on veut gagner encore plus, et quand on perd on joue encore en espérant regagner les mises perdus et cette phénomène ne s’arrêtera pas volontiers. Mais ce type de problème peut aussi être évité. En commençant à jouer au poker, il suffit d’être strict envers soi-même et de savoir imposer sa propre limite.